Author Archives: Diana Filippova

Double lettre

Tu ne me rends plus heureuse. Couperet sur ma nuque imbibée de dépit. Soudain, je me retrouve nu et vierge de tout sentiment, transporté avant l’amour, avant la vie, au commencement pur. Je n’avais jamais su que je te rendais heureuse. Je n’avais jamais su que l’amour consistât à rendre heureux. Tu m’avait aimé, et […]

Make good art and be cursed

Je parlais avec IF du parcours semblable de tous les écrivains que j’aime, et dont je n’aimerais pas avoir le sort, alors que leur sort n’est pas étranger à l’amour que je porte à leurs livres. Ils ont tous et toujours fait du bon art et été, de ce fait, des exilés. Tôt ou tard […]

Court-métrage

Le but n’est pas d’imiter la réalité. Il faut zoomer sur les instants, ceux qu’on laisse souvent passer parce qu’ils s’écoulent trop vite. A ces moments là, on s’entend penser: c’est incroyable, il faut absolument que je me fasse une note mentale de cette scène, c’est incroyable. Eh bien, il faut montrer non pas la […]

Mud et le vol

Il y a cette scène de vol dans Mud qui m’a marquée. Le fait d’être un voleur, d’avoir dérobé la propriété privée de quelqu’un d’autre, constitue le point de rupture pour Ellis. You made me a thief, il dit, you betrayed me, you lied to me and above all you made me a thief. Le […]

Retrait en soi

D’étranges similarités se dévoilent entre lectures qui ne partagent pas grand chose. Si elles se suivent, cependant, la similarité jaillit peut-être du moi qui lit, et relie à leur insu des livres dont il serait abject de faire une analyse comparative. Peut-être pas abject, inintéressant – certainement. Ils ne partagent rien et se retrouvent fortuitement […]

Meyerowitz et le flash mental

Il n’y a pas de premier plan chez Joël Meyerowitz, et il n’y a pas non plus de second plan, ou d’arrière plan. Le regard qui effleure ses photos n’est pas attiré par un élément central, il n’y a pas de personnage qu’il saisit immédiatement plus qu’un autre, pas de détail qui frappe par une […]

Écriture et vérité

Hemingway écrivait que la qualité primaire, essentielle, inévitable, d’un écrivain sérieux est la capacité à détecter qu’il écrit des conneries. De façon moins châtiée, il se doit de reconnaître, anticiper même, lorsqu’il fait du style pour étaler du fèces, l’étaler joliment, plaisamment, mais ne rien faire d’autre que de souiller d’excréments une page vierge. En disant cela, […]

BioShock et le libre choix

J’évite généralement de faire le rapprochement entre le jeu vidéo et les concepts, par exemple “jeu vidéo et pensée”, “jeu vidéo et le doute”, ou encore “jeu vidéo et introspection”. A l’exception notable d’Usul, les auteurs de ce type de billets présentent généralement une tare parmi les suivantes: ne pas être un gamer, ne pas comprendre un […]

Conservatisme et progressisme

Raisonnons toutes choses morales égales par ailleurs. Le conservatisme: littéralement la jonction entre la croyance qu’un état antérieur connu est par essence meilleur qu’un état inconnu à venir et l‘action pour maintenir l’état antérieur comme un état présent, coûte que coûte, à tout jamais. Le progressisme: littéralement, la conjugaison entre l’hypothèse qu’il est possible de faire advenir un état meilleur que l’état […]